Compostelle – Jour 8

Fin du Pelé – « Qui s’élève sera abaissé, qui s’abaisse sera élevé »

Rentrons chez nous en hommes justes.
Accueillir la vie de Dieu en moi en disant à Dieu qu’on a besoin de lui.
Je ne suis pas parfait j’ai besoin de la lumière de Dieu en moi.
Mendier la grâce, la force de Dieu.
Seigneur vient dans ma journée.
Compter sur Dieu et pas que sur soi.
L’amour se reçoit et se donne, il ne se mérite pas.
La logique de Dieu : je te donne et je t’invite à faire le bien avec. Dans une attitude de pauvreté.
Le Seigneur m’assiste dans mon rôle missionnaire. La meilleure manière d’être missionnaire est d’être tout simplement soi !

Dans la simplicité, dans mon témoignage de vie. Il ne faut pas se la raconter.

Compostelle – Jour 7

Jour 7 – étape Arzua à Pedrouso. « Il va pleuvoir »

Lettre aux romains : la loi, les efforts.

On fait des choses que l’on sait ne pas être bonnes mais on les fait quand même. Comment lutter ? Avec l’aide de Dieu. Nous avons la possibilité d’être sauvés grâce à lui. Comment rester libre? Avec le Sacrement du pardon. Trouver comment Dieu peut rester présent parmi nous. L’Esprit de Dieu qui vient dans notre cœur

.

Dans le silence, on peut persévérer. En faisant cet exercice tous les jours. Un accompagnateur spirituel peut nous aider à aller plus loin, on avance, on fait un point sur notre vie.
Cela peut nous aider à persévérer car tout au long de l’année on peut être isolé en tant que chrétien et ne pas être porté par un groupe pour prier, aller à la messe…

Compostelle – Jour 6

Jour 6 – étape de Melide à Arzua. « Je suis venu apporter un feu sur la terre »

Soyez capable de partager Jésus, sentir le mouvement irrésistible du cœur à annoncer Jésus.
Tous nous devons sentir la chaleur de la miséricorde de Dieu. Faire de l’annonce missionnaire notre quotidien.
Lumière et espérance, courage et audace.
N’attendons pas demain, c’est aujourd’hui que nous devons être témoins du christ.
Oser prendre des initiatives, s’engager même si c’est risqué suivant dans quel pays on habite.
Christus Vivit n°174.
Et moi, dans quand je m’engage ? Qu’est-ce qui me donne de la joie ? Qui brûle en moi?
Qu’est-ce qui donne du sens à mon existence ? C’est de répondre à ma vocation. C’est un murmure de Dieu au plus profond de mon cœur. Il faut trouver une manière juste est bonne d’y répondre. Il faut du temps pour les choses importantes. Noter dans un carnet les points importants dans toutes les choses marquantes que j’ai vécues. Des grandes lignes pour mieux me connaître. Dieu veut mon bonheur le plus parfait.
Le pape dit : interrogeons-nous sur la vie consacrée.

Est-elle faite pour moi?
Faire un stop carnet tous les jours !